Menu du site
Vocalisation du contenu
Partager la page :

Le vigneron lorousain Patrice Merceron auréolé du grand prix

Clémence Lefeuvre, édition 2016
Publié le mardi 01 mars 2016

Le vigneron lorousain Patrice Merceron auréolé du grand prix Clémence Lefeuvre, édition 2016.

clémence1 (Copier)

Elles sont cinq femmes, toutes motivées par devoir remettre le Grand Prix qui porte le nom de la célèbre cuisinière des bords de Loire. On trouve installées autour de la table, Marie-Christine Butel-Velty, diplomate et consul de France en charge de présider le jury ; elle est accompagnée de Charlotte Luquiau, conseillère départementale sur le canton de Vallet ; Mélisandre Henry, conseillère export art de vivre ; Vicky Alexandra Corbeels, wine lady of the year 2015 et Lysiane Boriau chevalier de l'ordre des fins gousiers de Belgique. Les papilles en alerte, les sens en éveil, les cinq femmes observent un à un du regard, les différents nectars qui leur sont présentés par Christophe Vilain. Le vigneron lorousain qui co-préside la manifestation s'active pour l'occasion comme maître des cérémonies.

Bruxelles, un lieu hautement symbolique,

Engagées dans un long marathon dégustatif, les cinq dames mâchouillent, hument, remachouillent, crachent, sentent, redégustent, recrachent et notent enfin. Certaines langues claquent comme le fouet du cocher, dans ces bouches calibrées pour apprécier au quotidien les saveurs culinaires. L'esprit totalement absorbé par la compétition en cours, les lieux comme l'environnement disparaissent peu à peu sur les cinq visages des madones. Il est un peu plus de dix sept heures, affiche la grande horloge accroché au beffroi de l'hôtel de ville. La capitale de la Belgique retenue cette année par les organisateurs, symbolise à elle seule le marché commun et le développement de l'agriculture sous toutes ses formes. Que l'on soit pour ou contre l'union européenne, personne n'est insensible à la grandeur historique des lieux et la proximité du saint des saints, qu'offre le parlement européen. « Une première sortie hors de la France, pour organiser la vingt troisième édition de notre grand prix », note la présidente Anne Luneau. « Nous sommes cette année dans un lieu magique, historique et qui bouge ». Cela fait très précisément septante-douze (1) minutes, que la compétition est engagée. Dans quelques instants, l'un des cent onze échantillons de Muscadet prélevé chez les vignerons compétiteurs du pays nantais, va recevoir le Grand Prix Clémence Lefeuvre.

Un lauréat et trois dauphins,

Passer de l'ombre à la lumière, demeure souvent le rêve d'une vie pour un grand nombre de vignerons du pays nantais. « Une consécration qui booste les ventes et met un formidable coup de pied aux fesses », reconnait Pierrick Jussiaume, également du voyage. Fils du cofondateur du grand prix et lauréat en 2014, le vigneron lorousain reste un amoureux des défis. « Un vin Atlantique, qui peut aussi accompagner les plats méditerranéens. Un mariage nord-sud surprenant », finissent par rédiger ensemble les cinq dégustatrices, associées dans un bref commentaire de dégustation. « Le lauréat est le domaine de la Coindrie du vigneron Patrice Merceron », annonce très solennellement, André Bourgoin. « Le vigneron du Loroux Bottereau, est ainsi classé premier, devant ses trois dauphins que sont l'EARL Barré Vincent de Tillières, l'EARL Beauquin et fils de Vallet et le GFA domaine du Landreau village à Vallet », complète l'ancien maire lorousain, un brin ému par l'annonce faîte au milieu des boiseries de la prestigieuse salle gothique. La 23e édition du Grand Prix Clémence Lefeuvre est associé exceptionnellement cette année au grand chapitre du bailliage de Belgique de l'ordre des Chevaliers Bretvins. « Bois le vin et soit bon comme lui », répètent en cœur, la vingtaine de chevaliers présents à l'annonce des résultats.

Rédacteur : Michel Albert

(1) soixante-douze

Haut de page
Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes